La Région Auvergne Rhône-Alpes bénéficie d’un écosystème riche sur la question de la gestion des friches, qui fait appel à des compétences larges allant du diagnostic à la réalisation, en passant par la conception. De nombreux acteurs sont impliqués aux différentes phases de la revitalisation d’une friche : bureaux d’études diagnostic, entreprises de dépollution, entreprises de « terrassement », bureau d’étude conception, maître d’œuvre, AMO, entreprise de démolition et de démantèlement, transports divers, entreprises de réseau, de fondation, de construction gros œuvre… A travers cette multitude d’acteurs et la complexité/diversité/temporalité des projets, la filière de transformation des friches souffre d’un réel manque de visibilité.

 

Le logigramme en détail

 

La réalisation d'un logigramme

IDfriches a souhaité, à travers la réalisation d’un logigramme de cette chaîne de valeur, proposer une meilleure compréhension du fonctionnement de la filière et de ses intervenants, afin de faciliter l’identification de partenaires ou apporteurs de solutions mais également de mettre en valeur les complémentarités pour développer les synergies entre les acteurs. Le logigramme est un outil d’analyse permettant de modéliser l’organisation d’une filière en situant les contributions respectives des acteurs.

De l’étude à la réalisation du projet, il s’agissait d’identifier dans la pratique actuelle à quelles étapes interviennent les nombreux acteurs agissant soit au cœur de l’action (Entreprises majoritairement), soit en support (Maîtrise d’ouvrage, Maîtrise d’œuvre, Laboratoires publiques de recherche…), soit les parties prenantes sociétales (Associations, Riverains, réseaux sociaux…). Le recensement des briques de compétences interagissant tout au long du processus d’étude/réalisation du projet et les freins à l’optimisation furent également réalisés.

 

 

L'identification de verrous

En format de chaîne de valeurs, il a été réalisé au cours de séances présentielles mobilisant les 4 réseaux. Chaque livrable intermédiaire a été soumis à un panel de membres de chaque réseau. En complément de la production du logigramme de la filière, le groupe de travail dédié a permis d’identifier des verrous dans les domaines organisationnels, techniques, économiques et réglementaires, qui affectent l’optimisation de la conduite des projets par les acteurs de la filière. Les actions de la démarches IDfriches sont programmées au regard de ces verrous, afin de proposer des leviers opérationnels contribuant à lever les difficultés.

Les principaux verrous recensés :

  • La prise de risque d'engager le projet (définition du projet, financement et réalisation des premières études, business model... Coût de départ porté par un seul acteur et qui va conditionner tout le projet (et va mettre en difficulté les autres).
  • L'absence d'un "Chef d'orchestre transverse et indépendant" (Il assurerait une maîtrise de la chaîne de requalification et une coordination des acteurs car trop d'intermédiaires, de pertes d'informations, manque de traçabilité des décisions et des actions, d’où les problèmes de justifications. Il compenserait la faible connaissance des Collectivités à propos de l’articulation de la filière et des conséquences des actes pris, dont la délégation de gestion. Oubli des intentions par rapport aux ambitions initiales devant la réalité progressive des projets. Lots d'aménagement et stabilisation des projets).
  • La faible synergie dans la gestion du projet et des problèmes rencontrés (allotissement, passage de relais, marché à bon de commande. Inclure plus en amont les entreprises pour qu'elles puissent participer à l'élaboration des plans de gestion… Traitement et gestion du sol mais aussi rapprochement des problématiques de dépollution et géotechniques).
  • La responsabilité partagée entre les différentes composantes d'exécution vis-à-vis de la Maîtrise d'Ouvrage.
  • L'introduction des pratiques innovantes (difficulté d'avoir et de donner des informations précises sur des technologies nouvelles, que ce soit leur prix et leur faisabilité).
  • La phase amont Territoire (temporalités différentes : Etat / Collectivités / Opérateurs / Prestataires. Complexité. Exigences règlementaires : bonne utilisation des outils de planification).
  • La formulation de la commande publique (lancement du marché, appel d'offre, utilisation du code du marché public, ingénierie…).
  • La culture professionnelle entre sphère publique et privée (compréhension des logiques professionnelles. Temps long des projets et temps de la décision publique au titre des modifications du PLU / concertations…).
  • Le portage du foncier (qui le porte et comment il porte).
  • Le coût des audits de dépollution.
  • Le financement des études amont.
  • Le financement des Pilotes.
  • Le bilan d'opérations défavorables sur les zones non attractives.

Page de base document